Patrik Proško – Un espace sous contrôle

Patrik Proško, artiste tchèque et grand voyageur, prend pour galerie l’espace public. Ses vacances en Europe deviennent des projets de travail. Il y investit tout espace urbain ou étendues sauvages où peut avoir lieu une confrontation interpersonnelle, entre les lois sociales et naturelles.

 

 

« La plupart de mes réalisations sont fait lors de longs voyages, où je suis seul avec moi-même. C’est en changeant intensément et en déplaçant mon esprit que je suis capable de trouver et réaliser un visuel sous un autre angle de perception. Je reviens tout juste de mon plus long voyage, à l’endroit le plus au Nord de l’Europe – Nordkapp en Norvège. Il a duré deux mois et j’ai réalisé 9 nouveaux projets dans 6 Etats. L’année prochaine, j’aimerais aller en Asie pour 3 mois et y travailler. Mon rêve serait de faire une fois le tour du monde. Mais en ce moment, je travaille sur ma plus grande exposition indépendante en galerie à Prague, sur la place de la vieille ville. »

 

 

Pour Patrik Proško, l’art est plus une pensée que le fait de faire de belles choses. Ses installations reflètent un sentiment de vie authentique, incontrôlé et incontrôlable de la ville à la nature. Il est attiré par les objets naturels, qu’ils soient vivants ou morts, à un stade tardif de décomposition. Cela engage ainsi un dialogue entre l’histoire, le présent et le futur dans un jeu où l’espace extérieur et intérieur se répondent : l’impermanence affecte tous nos actes mais un certain leitmotiv nous accompagne.

 

 

“Mon domaine de profession est la sculpture hyperréaliste et l’art de l’illusion d’optique. Dans les interventions publiques, j’utilise des expériences de ce domaine comme un matériau de base, mais en essayant de franchir les limites de ma profession et de créer un nouvel espace dans mon esprit et ainsi dans l’espace de l’art. Mes résultats artistiques sont comme une carte visuelle de ces nouveaux espaces, essayant de faire le dialogue à travers l’histoire de l’art et le temps. Dans tous mes travaux, je me déplace sur le bord de la réalité, en touchant et en poussant les limites, en regardant vers de nouveaux angles de connaissance : comment nous pouvons percevoir la réalité et comment nous pouvons expliquer ce qui est inexplicable, en prenant de nouvelles questions de contemporanéité à l’avenir. Je suis membre du groupe d’art Representation à Prague, qui est une plateforme artistique très critique, qui me force à réfléchir profondément à ce que je fais et pourquoi. Il y a un magazine parlant de ce que nous faisons, transformer le travail visuel à la conscience par des mots, ce qui est dur mais bénéfique. »

 

 

Ses œuvres sont toujours de grands projets nécessitant une préparation et une planification minutieuse des matériaux. Néanmoins, elles sont généralement éphémères par l’utilisation de peintures biodégradables, respectueuses de l’environnement. Elles disparaissent lentement, souvent effacées par la pluie. Ses photos sont donc les dernières preuves matérielles de ses installations. Il capture les lieux immédiatement après les avoir façonnés.

 

 

« Quand j’étais plus jeune, beaucoup plus d’artistes m’influençaient, notamment Vincent Van Gogh et sa vie. Mais maintenant, je suis très occupé et je ne vais pas regarder tous les événements sur la scène artistique. Mais je pense que c’est mieux pour moi car ça ne déforme pas ma façon de penser, je reste concentré par mon esprit. L’influence peut limiter certains artistes, donc j’essaie de ne pas être influencé. Mes plus grands soutiens sont mon frère, Martin Proško, et un de mes plus proches amis et partenaires dans ma compagnie, Jakub Bechyně. »

 

Retrouvez toutes les réalisations de Patrik Proško sur http://prosko.cz/sitespecific/

Par Claire Milochau

Partage avec tes amis sur