VERMIBUS, DISSOUDRE L’IMAGE PUBLICITAIRE

Vermibus est un artiste berlinois d’origine espagnole qui s’attaque à la publicité dans le milieu urbain. Il commence sa carrière dans le secteur de la publicité avant d’en être écœuré. Il se qualifie d’« adbuster », dans une logique anti-consumériste il lutte contre la publicité, il œuvre directement sur les publicités des plus grandes places marchandes des capitales européennes.

 

 

Vermibus commence son activité en 2012 avec le NO-AD project qui est inspiré de la « journée sans achat » de Ted Dave, un autre artiste ad-buster. Vermibus quant à lui va plus loin en enlevant les publicités directement dans l’espace urbain avec pour objectif de créer un « vide visuel ». La méthode employée ici est bien rodée, Vermibus dispose d’à peu près 90 clés fabriqué de ses soins, qui permettent d’ouvrir toutes les sucettes publicitaires des grandes villes européennes. Il n’a plus qu’à trouver sa cible, l’ouvrir et enlever l’affiche. Il opère a la vue de tout le monde ou se fond dans le décor avec un gilet fluo. Il jette ensuite la publicité dans une poubelle. Le vide laissé est une réelle rupture avec le quotidien des passants.

 

 

Un an plus tard, en 2013, Vermibus développe une nouvelle méthode qui selon lui, enlève les artifices des publicités, il agit dans les grandes capitales européennes telles que Paris ou Berlin. Il nomme ce projet « Dissolving Europe ». Il récupère les affiches près des magasins de luxe et des places marchandes. Selon lui, elles véhiculent une image fausse de la beauté. Il les ramène ensuite dans son atelier pour commencer la transformation. Il utilise une palette d’acide et de solvant en tout genre qu’il applique sur la publicité comme de la peinture, la-dîte pub va se métamorphoser en faisant apparaître un mannequin zombifié, l’acide crée un effet agressif et perturbant a la fois. Pour lui ce processus permet d’enlever le superficiel de l’image (maquillage, photoshopage…).

 

 

“I cannot really explain how I work, if the subject guides my strokes or not. I try to go with the flow, without thinking too much about the final result”

 

La dernière étape de son travail consiste à remettre l’affiche dans un autre emplacement publicitaire, la volonté de l’artiste étant de créer davantage de confusion.

 

 

En 2015, Vermibus suit la route de la Fashion Week à travers les villes de Paris, New York, Londres et Milan pour son projet « unveilling beauty ». Un moyen pour lui d’avoir une grande portée médiatique. Vermibus s’attaque ici au milieu du luxe car il véhicule selon lui une mauvaise image de la beauté et une certaine déshumanisation.  En effet, l’industrie de la mode et de la publicité propagent un idéal de beauté à l’aide d’images trompeuses. Aujourd’hui reconnu pour sa technique atypique, l’artiste a réalisé en 2016 sa première exposition en France.

 

 

Par Lucas VIDON

Partage avec tes amis sur